La 1ère guerre mondiale marqua la toute première apparition de toute une série de phénomènes mortels. Parmi eux il y avait le fait qu’on ne visait pas uniquement les armées mais également les civils. En 1915, l’attaque sur l’Angleterre d’un zeppelin allemand fut le premier bombardement visant la population civile. Les bombes lâchées depuis ces zeppelins tuèrent de nombreux innocents.

Les sous-marins allemands entamèrent une campagne de destruction des navires civils traversant l’Océan Atlantique. Le 7 mai 1915, le plus grand paquebot transatlantique du monde, le Lusitania, coula près des côtes irlandaises après avoir été attaqué par un sous-marin. Sur les 2.000 passagers qui se trouvaient sur le Lusitania, 1195 moururent pendant l’attaque ou furent noyés.

Une autre atrocité de la guerre fut les armes chimiques. Les gaz toxiques, d’abord utilisés par les Français, puis par les Allemands, causèrent la mort de milliers de soldats. Ces gaz rendirent de nombreux soldats aveugles, et les armées n'eurent pas d’autres recours que de produire des masques à gaz comme moyen de protection. On distribua également des masques à gaz aux civils pour les protéger de cette menace souvent mortelle.

En 1918 on mit finalement un terme à la 1ère guerre mondiale, après quatre années d’attaques insensées de la part des armées britanniques, françaises et allemandes. Mais cette paix déclarée à 11 heures du matin le onzième jour du onzième mois, n’allait procurer du bonheur à personne. Des centaines de milliers de soldats demeurèrent handicapés. D’autres ne purent vaincre l’impact psychologique de la guerre après avoir vécu dans les tranchées pleines de boue, de saletés et de cadavres. Cette forme de psychose traumatique était très répandue parmi les vétérans de la guerre, et les victimes de ce syndrome enduraient des crises d’angoisse intense et des tremblements. La crainte d’être bombardée, avec laquelle ils avaient vécu quotidiennement quatre années durant avait fini par se graver dans leurs cerveaux. Quelques patients se sentaient l’obligation d’aller se cacher lorsqu’à peine ils entendaient le mot "bombe". Quelques vétérans se sentaient paralysés de terreur à la seule vue d’un uniforme. Des dizaines de milliers de soldats perdirent également au moins un membre de leurs corps durant cette guerre. Le nombre de soldats dont les yeux, le menton, le nez avaient été défigurés durant les bombardements était tellement important qu’on inventa en Europe des masques spécialement conçus pour recouvrir leurs visages scarifiés.

La grande douleur infligée par la 1ère guerre mondiale se retrouve dans les ¶uvres artistiques. Ces ¶uvres qui sont postérieures à la guerre dépeignent la souffrance et la folie. Elles ne reflètent pas uniquement les états psychologiques des artistes mais également de toute une génération. Cette génération qui ressentit si profondément les tourments de la guerre fut surnommée plus tard la "génération perdue".

Comme nous l’avons constaté, la guerre est un grand agent de la cruauté qui n’apporte rien de bénéfique aux populations ou à la société. C’est une catastrophe sociale qui engendre de grandes douleurs et inflige des blessures profondes aux gens qui mettent du temps à guérir, s’ils le peuvent. Dieu a chargé les gens d’éviter la guerre et de faire régner la paix sur terre.

Il annonce de bonnes nouvelles à ceux qui font de bonnes actions:

Cette demeure dernière, Nous la réservons à ceux qui ne recherchent, ni à s'élever sur terre, ni à y semer la corruption. Cependant, l'heureuse fin appartient aux pieux. (Coran, 28: 83)

Traiterons-Nous ceux qui croient et accomplissent les bonnes ¶uvres comme ceux qui commettent du désordre sur terre? Ou traiterons-Nous les pieux comme les pervers? (Coran, 38: 28)